« Autres masques... | Accueil | Nature / Culture »

04 septembre 2008

Commentaires

Bertrand

Chère Lyliana,

C'est avec plaisir que je flâne sur tes billets dédiés à l'art aborigène, comme sur le Blog d'Yvan, que j'imprime d'ailleurs pour le lire également dans l'avion.

Je devrais laisser la place à des spécialistes de l'art aborigène, étant juste un amateur, très, ou trop enthousiaste il est vrai...

Quelques précisions. Le "hair string spindle" est en fait une sorte de fuseau permettant sinon de carder les cheveux, en tous les cas de les filer, afin de constituer des sortes de ceintures rituelles souvent présentes dans les peintures de Ningura Napurrula. Dans le même esprit ces cheveux sont souvent attachés aux Lonka Lonka (nacres gravées et peintes).

J'évoquais ce point dans un dernier billet avec les explications d'une peinture, de façon un peu plus imagée que le descriptif provenant de la communauté de Papunya.

Tes questions sont pertinentes. Je ne sais trop comment y répondre. Excepté que je ne suis pas vraiment d'accord avec Yvan, là où il oppose contemporain et tradition.. Il n'y a pas d'ambiguïté pour moi mais plutôt fertilité entre tradition et modernité. J'y vois plus des leviers pour l'innovation.

Les aborigènes partirent de motifs traditionnels, puis s'affranchirent de plus en plus de ces codes sous l'impulsion des curateurs "blancs".

Ces derniers les guident dans leur apprentissage artistique, fertilisent leur art avec d'autres apports, d'autres usages des couleurs, d'autres appréhension de l'espace...

Les motifs traditionnels sont ainsi à mon sens la grammaire d'une nouvelle création, les piliers d'oeuvres innovantes.

Le mouvement cubiste fonctionna-t-il diffèremment en s'inspirant de l'art africain ?

Dans l'art aborigène, ce sont les indigènes eux-mêmes qui assurent cette conjugaison, et rupture. Il y a ré-invention des "rêves", ré-appropriation de leur histoire face à l'engouement que ces peintures suscitent.

Il y a chez les Aborigènes comme une pédagogie de la répétition. Des écorces ressemblaient hier à d'autres écorces... Puis certains artistes prirent un autre élan, se détachèrent, allèrent vers plus d'abstraction comme John Mawurndjul avec une virtuosité intéressante.

Ces signaux créatifs sont passionnants. Ces artistes qui ré-inventent sont des précurseurs. Ils enseignent à leur tour. Comment rester indifférent aux artistes de Bidyadanga qui abandonnèrent leurs terres arides pour la côte près de la ville de Broome, et introduisirent dans leurs peintures les codes de couleurs des vagues, des algues, des fleurs, inconnus chez eux, renforçant les messages de leurs oeuvres...

De mon côté, je crois que c'est d'abord une émotion esthétique qui m'entraine vers une peinture aborigène : la finesse, la complexité des motifs, les niveaux de profondeur, les effets de brillance (vibrations visuelles)...

Ensuite le sens des motifs porté par tradition est un peu comme "une cerise sur le gâteau". Cela donne une profondeur supplémentaire à la toile, la couvre d'un voile plus subtile encore...
Mais ces motifs sont bien souvent incomplets. Il n'y a que la partie homme ou femmes en fonction du genre du peintre. Comme tu le dis certains motifs sont également cachés au profane.

C'est presque comme une invitation à en savoir plus. Une question posée sur d'autres culture... Ces nomades, un peu l'aurait dit Bruce Chatwin, ont des choses à nous transmettre... Cette peinture est un peu comme une dernière chance, un cri du temps.

Elle devient également un moyen de subsistance, peut-être le seul pour ces communautés aborigènes tellement marginalisées dans la société australienne.
Quel beau métier que celui de peintre pour assurer la survie des tribus.
Faut-il y voir une approche mercantile ? Je ne crois pas que le mot soit approprié.

Ton message m'invitait à répondre ce soir bien tard, à chaud. Mais il mériterait de pousser plus loin l'analyse que ces quelques mots spontanés de mon commentaire.

Bonne soirée.

Bertrand


Lyliana

Merci mille fois, Bertrand, d'avoir pris le temps de ce long commentaire.
J'espérais vivement, qu'avec ton expérience de collectionneur, la passion pour cet art que tu nous communiques à travers ton blog, tu apportes un éclairage sur mes interrogations.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Traduction

  • Detours des Mondes Translation

Recherche Google

  • Pour rechercher un sujet sur mon blog :

ASSOCIATION DDMondes

Sommaires mensuels du Blog

Catégories

MEDIATRIBAL



  • MediaTribal a fusionné avec Détours des Mondes le 20 juin 2018

Cent Detours


  • DDM Actu

TRIBAL ART


  • PRESentation Tribal Objet

Tribal Art Magazine

Blogs amis sur les arts "lointains"

Pinterest

CC